Braine-le-Comte : Site Officiel

23 février 2021 à 12:25

Sauvegarde des landes à bruyères dans le bois de la Houssière

Les travaux ont débuté, dans le cadre des projets « Life » de maintien et de recréation de milieux spécifiques.

Depuis ce lundi 22 février, un chantier de préservation des landes à bruyères a débuté dans le bois de la Houssière.

Pour le maintien ce milieu si particulier, il faut, en effet, veiller à déboiser, à étréper, à appauvrir le sol… dans le respect des législations appliquées à la gestion des massifs forestiers wallons.

Historiquement, à Braine-le-Comte, la gestion des sablières a permis de retrouver et de recréer de petites zones de landes à bruyères. Cependant, l’envahissement par d’autres espèces (voir explications en bas de page) doit être contré si l’on veut pouvoir maintenir ce biotope typique. Aussi, de gros travaux suivis notamment par le DNF, le DEMNA, Natagora… ont débuté cette semaine.

Ils seront réalisés avec un important apport des budgets européens auprès de la Wallonie (Projets LIFE) et soutenus par les Autorités communales.

Une première zone sera donc étrépée dans le Clos du Vertbois jusqu'au 31 mars.  À l'automne, le chantier reprendra à la tête du bois et au Planois. 

Explications
Gestion du bois

La gestion des massifs forestiers wallons, pour les parties qui sont propriétés des pouvoirs publics (fédéral, régional, provincial, communal, CPAS…), sont sous gestion du Département Nature et Forêts (DNF).

De plus, certaines zones de ces massifs sont parfois aussi classées « Zone Natura 2000 ».

Afin de maintenir la diversité des milieux naturels et d’améliorer leur qualité, des conditions viennent s'ajouter aux travaux entrepris dans ces zones. 

Un avis, et même dans certains cas une guidance, sont parfois sollicités auprès du Département d’Etudes du Milieu et de la Nature (DEMNA) qui veille à ce que les bois et forêts soumis au régime forestier ne soient pas uniquement des lieux de production de bois mais aussi des lieux où la biodiversité trouve son essor de façon optimale. 

C’est notamment le cas pour le chantier de préservation dont il est question. En effet, la sauvegarde et le maintien des landes à bruyères dans une forêt feuillue installée sur un sous-sol sableux fait partie des actions qui nécessitent ce type d'accompagnement.

Évolution de notre massif forestier

Une forêt est un milieu qui se créé à partir de rien. Il suffit d’un terrain nu pour que tout commence.

Au début, il y a bien longtemps, il y avait, pour notre bois de la Houssière, une dune de sable. Cette dune, comme tous les milieux, s’est vue colonisée par de la végétation.

Une lande à bruyères est apparue qui, peu à peu, s’est vue colonisée naturellement par des bouleaux, essences colonisatrices par excellence. Ensuite apparurent les saules marsaults, suivis très vite par les érables (notamment sur les parties pentues)…

Petit à petit d’autres essences (dites héliophiles car elles aiment le soleil) s’installent en profitant de la chute des plus vieux bouleaux, des clairières ainsi créées et de la richesse du sol (apparue suite à la décomposition des feuilles et des branches accumulées au fil du temps). Parmi celles –ci, citons les chênes, les merisiers… essences nécessitant un sol plus riche et plus de lumière.

Ensuite, le peuplement se referme à nouveau progressivement et un certain ombrage apparaît permettant à des essences différentes de s’installer. Ces essences qui aiment l’ombrage sous appelées essences sciaphiles. Parmi elles, le hêtre, roi de nos belles forêts cathédrales. Ces hêtres vont se développer sous les autres et finissent par dépasser tous les autres arbres, écrasant de leur couronne toutes les autres essences, allant même jusqu’à faire mourir ce qui se trouve en dessous d’eux. C’est dans ce milieu si particulier que l’on voit alors apparaître la jacinthe des bois si précieuse au cœur des Brainois.

Mais cette jacinthe signe aussi l’arrivée d’un état bien particulier que l’on appelle l’« état climax », soit une hêtraie uniforme très fragile car elle abrite des géants au pied d’argile avec les belles forêts cathédrales. Les hêtres, en vieillissant, finissent soit par être exploités soit par mourir et tomber au premier gros coup de vent, créant ainsi de nouvelles ouvertures qui permettent au cycle de la vie et de la biodiversité de reprendre là où tout a commencé.

Pour aller plus loin...

Natura 2000 en Wallonie

Les Projets "Life" en Wallonie

Inventaire des ressources forestières wallonnes

 

 

Options

Imprimer la page

Envoyer à un ami

Ajouter à mes favoris

Focus

Comment contacter les services ?
Comment contacter les services ? »

Village de la Croix Rouge Testing & Vaccination
Village de la Croix Rouge Testing & Vaccination »