Braine-le-Comte : Site Officiel

Le développement industriel

Le monde change encore et le 18e siècle apporte son lot de nouveautés : une chaussée toute droite, payante et carrossable en tout temps, qui, dès le début du siècle (décision en 1704) place pour longtemps la ville sur le chemin "obligé" de Mons à Bruxelles. Mais aussi une révolution dans l'architecture qui conduit à abandonner les matériaux périssables (terre crue, bois, chaume) pour leur substituer la pierre et la brique. À cet égard, les années 1760 sont véritablement les "golden sixties" du 18e siècle.

Gare de Braine-le-ComteSuite à la Révolution française, la féodalité et les abbayes perdent définitivement leur emprise. La société se sécularise. La ville est placée sous l'autorité d'un maire et d'un conseil élu par les habitants. Le monde se libéralise par la même occasion et des entrepreneurs s'engagent sur les voies d'une société industrialisée. La ville s'enrobe de fabriques (filatures de coton, imprimerie Zech, papeterie Catala, brasserie Deflandre …) tandis que Ronquières se développe suite à l'arrivée du canal et au passage incessant des mariniers.  Comme la ville se trouve sur l'axe Mons-Bruxelles, il est tout naturel que l'on se batte pour y accueillir une station de la ligne ferroviaire destinée à relier Bruxelles à Paris. C'est chose faite dès 1841. La gare de Braine-le-Comte, assez largement préservée depuis lors, peut ainsi s'enorgueillir d'être l'une des plus anciennes du monde. Autour de la gare, des entreprises nouvelles (constructions métalliques, atelier des locomotives, verrerie … ) et des quartiers nouveaux (rue de la Station, avec la gare en point de mire, et "quartier Léopold") voient le jour et animent des faubourgs de plus en plus étendus. Très tôt, tandis que Braine-le-Comte devient tête de ligne vers Namur et le Luxembourg, des "navetteurs" brainois vont chercher du travail à Bruxelles. Pendant que les navetteurs flamands, par trains entiers, traversent la ville pour s'éparpiller dans tout le bassin industriel du Centre. Tout autour, l'époque est marquée par d'intenses aménagements, tant publics que privés. Il s'ensuit que les sablières du bois de la Houssière sont rudement mises à contribution. C'est également dans le cadre de cette évolution que se développe à Hennuyères un centre de production réputé pour ses tuiles et ses hourdis de terre cuite. Le tout transitant évidemment par la voie ferrée. 

Art Nouveau- Rue NeumanAu 20e siècle, la ville ancienne reste le cœur de l'agglomération puis d'une entité. Stimulés par la facilité du rail puis la proximité des axes autoroutiers et de la capitale, les quartiers nouveaux se multiplient. Au centre ville, sept façades "Art Nouveau" sont construites à la rue Henri Neuman. Des dizaines d'immeubles rappellent l'époque des "Arts déco" (années '30). Une monumentale École Normale, faisant suite à une belle série de réalisations architecturales dans le domaine scolaire (Fondation Neuman, Athénée), préfigure le développement d'un enseignement supérieur. Parmi le patrimoine qui se met en place au cours du dernier siècle, plusieurs centaines d'habitations sociales scandent les progrès de l'habitat privé. Autant de "villas" se construisent autour de la ville et spécialement dans le secteur situé entre elle et le bois de la Houssière. L'agriculture, moteur traditionnel, change elle aussi. Son patrimoine est assez remarquable et monumental pour passer le cap de cette crise … Mais, il subit de lourdes atteintes. La disparition des moulins puis des granges en est l'un des signes les plus manifestes. Dans la foulée, les vieilles industries locales disparaissent les unes après les autres, marquant ici une désindustrialisation précoce. Le phénomène de navette avec la capitale n'en prend qu'un tour plus marqué d'autant que des flots d'élèves se mettent quotidiennement en route en sens inverse. 

Plan inclinéSur le territoire d'un village de la future entité apparaît encore l'un des plus remarquables monuments belges du 20e siècle … le plan incliné de Ronquières. Sans oublier le nouveau canal à 1350 tonnes qui se fait ainsi son chemin entre Bruxelles et Charleroi. 

Texte de Gérard Bavay, le 1er et le 10 mars 2007.

lire la suite

Options

Imprimer la page

Envoyer à un ami

Ajouter à mes favoris

Focus

Toussaint - accès au cimetière
Toussaint - accès au cimetière »

Groupement d'achat d'énergies
Groupement d'achat d'énergies »